Le Plateau-Mont-Royal


On découvre aujourd'hui l’arrondissement de Le Plateau-Mont-Royal

Le Plateau-Mont-Royal (ou tout simplement Le Plateau) est un arrondissement de la Ville de Montréal qui tire son nom de sa situation géographique en haut de la terrasse de la rue Sherbrooke. Il est d'une superficie de 8,1 km22, une population de 100 390 habitants (en 2011) et affiche la plus forte densité de population de la Ville. Depuis quelques années, il est couru par la population dite branchée.

La délimitation du Plateau-Mont-Royal est la suivante : au nord et au nord-est, les voies ferrées du Canadien Pacifique (CP), à l’ouest, la rue Hutchison jusqu’à l'avenue du Mont-Royal, puis l'avenue du Parc en descendant vers l'avenue des Pins, enfin, la rue University jusqu'à la limite sud qu'est la rue Sherbrooke.

Histoire

Dès 1745, la Ville déborde des fortifications et le faubourg Saint-Laurent s'agrandit vers le nord.

En 1792, l'administration de la Ville de Montréal décide de porter à 100 chaînes (environ deux kilomètres) des fortifications les limites de la Ville.

Au nord, la montagne et la rue Duluth deviennent les nouvelles bornes de Montréal.

Seul le chemin Saint-Laurent mène vers les villages situés le long de la rivière des Prairies.

Avant de quitter la Ville, on traverse la Côte-à-Baron. C'est ainsi que l'on nomme les hauteurs de Montréal de part et d'autres de la rue Sherbrooke, des rues Durocher à Amherst.

Pas très loin à l'ouest, les hospitalières de Saint-Joseph détiennent une vaste propriété réservée à leur futur Hôtel-Dieu. Aux alentours, les terres concédées au début de la colonie ont été morcelées et vendues à des familles anglophones qui y construisent de vastes demeures entourées de jardins.

À l'est du chemin Saint-Laurent, le paysage plus rural présente de paisibles maisons de campagne au milieu des champs. Les terres sont immenses ; celle de M. Courville s'étend de la rue Sherbrooke à la rue Mont-Royal. On y trouve aussi les fermes de la bourgeoisie montréalaise connue, les Guy, Cherrier, Viger et Papineau. Leurs terres forment de longues bandes de même largeur se succédant jusqu'au chemin Papineau.

Vers 1850, la Ville de Montréal aménage un réservoir d'eau à l'emplacement actuel du square Saint-Louis pour approvisionner la population de la Côte-à-Baron. L'aménagement du square sera entrepris en 1880.

De son côté, le gouvernement fédéral achète la ferme Logan, site actuel du parc La Fontaine, pour en faire un terrain d'exercices militaires.

À l'extérieur de la ville, on a découvert, il y a plusieurs années, de la bonne pierre de construction. Rapidement, des familles se sont installées à proximité de la tannerie des Bellair, aux environs des rues Henri-Julien et Mont-Royal. De là, part le chemin qui mène aux carrières.

C'est de ces carrières que l'on a tiré la pierre pour construire l'église Notre-Dame, le marché Bonsecours et plusieurs autres édifices.

L'activité des carrières suscite la naissance, en 1846, du village du Coteau-Saint-Louis, aussi nommé village des pieds-noirs, puisque les carriers aimaient se promener pieds nus.

En 1848, Mgr Bourget établit une mission sur laquelle on construit une chapelle et six ans plus tard, on y bâtit l'église Saint-Enfant-Jésus-du-Mile End.

En 1864, les Soeurs de la Providence érigent, rue Saint-Denis, l'Institut des sourdes-muettes.

Toujours vers 1860 se forme le village de Saint-Jean-Baptiste. Le coeur de ce village est son marché, situé à l'angle des rues Saint-Laurent et Rachel. Fait intéressant, à la sortie du village, rue Mont-Royal, il y a un péage qui exige un droit de passage pour poursuivre sa route.

En 1863, le conseiller municipal A. A. Stevenson propose pour la première fois de transformer la montagne en parc public. Le projet prend corps et, à compter de 1872, la Ville acquiert les terrains des différents propriétaires. Le parc du Mont-Royal est inauguré en 1876, bien que les aménagements ne soient pas entièrement complétés.

À partir de 1876, le chemin de fer Montréal-Saint-Jérôme longe les carrières et donne naissance au village de Saint-Louis-du Mile End, regroupé autour de l'église Saint-Enfant-Jésus, de la maison des Soeurs de la Providence et de l'Institut des sourdes-muettes.

L'aménagement du parc La Fontaine, qui sera inauguré en 1901, commence en 1889 avec les premiers travaux de terrassement de la partie est, la plantation d'arbres et le déménagement, à l'emplacement actuel du monument à Dollard, des serres du square Viger où l'on cultive alors toutes les plantes dont on orne les squares publics. En 1890, on construit une maison pour le gardien du parc; pendant 60 ans elle est habitée, notamment par M. Bernadet et sa famille, le surintendant des parcs de la Ville.

En 1893, la ville de Montréal, qui continue de s'agrandir, annexe le village du Coteau Saint-Louis.

En 1895, le peuplement de la ville déborde à l'est du chemin Papineau et voit la création du village De Lorimier, doté de belles avenues, de trottoirs en béton et d'élégantes demeures. On y trouve, entre autres, une piste de course de chevaux réputée, qui était située à l'emplacement de l'actuel parc Baldwin.

À compter de 1900, le Coteau-Saint-Louis est une ville cosmopolite. Des temples protestants et des synagogues y sont érigés. De nombreux commerçants s'installent sur la rue Saint-Laurent, qui devient alors la frontière linguistique entre le monde anglophone, à l'ouest et le monde francophone, à l'est.

Dès cette époque, la densité de population du Plateau Mont-Royal atteint des sommets inégalés.

En 1909, la Ville de Montréal annexe le village De Lorimier et celui de Saint-Louis-du-Mile End.

À cette époque, Saint-Louis-du-Mile End compte une vingtaine d'industries et le premier boulevard planté d'arbres de la ville, l'actuelle boulevard Saint-Joseph.

Le déménagement de l'Université de Montréal sur la montagne, en 1920, entraîne le départ de la bourgeoisie francophone et anglophone vers de nouveaux quartiers, tandis que la crise économique que connaît le pays durant les années 1930 provoque l'arrêt des constructions dans le quartier.

Pour pallier le chômage, les pouvoirs publics initient quelques grands travaux comme la construction de la clinique Laurier, la cour juvénile (aujourd'hui l'École nationale de théâtre du Canada), le chalet du parc Sir-Wilfrid-Laurier et le tunnel Iberville

En 1962, le boulevard Saint-Joseph perd son terre-plein et ses arbres.

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, en 1945, le Plateau Mont-Royal continue d'être le refuge des communautés ethniques à leur arrivée au pays. Les Juifs, tout en maintenant leur place d'affaires sur le boulevard Saint-Laurent, déménagent à Outremont et à Côte-des-Neiges.

La communauté grecque les remplace, apportant avec elle l'art de la pâtisserie et de la boulangerie.

Dernières venues, les communautés portugaises et vietnamiennes. Les Portugais imprègnent les quartiers Saint-Louis et Saint-Jean-Baptiste de la chaleur de leurs pays. Les maisons vétustes sont retapées et repeintes avec beaucoup de succès.

Depuis 1980, le mouvement récent de retour à la ville attire sur le Plateau les professionnels, les artistes et les étudiants, qui en font le cœur de la vie intellectuelle et artistique québécoise.

« Pignons sur rue - Les quartiers de Montréal, Guérin, 1991 »

Géographie

L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal est le septième arrondissement le plus populeux de la ville de Montréal et abrite 100 390 habitants, soit 6,1 % de la population totale de la ville. Ses habitants, répartis sur un territoire de 8,1 km2, sont légèrement moins nombreux en 2011 qu’ils ne l’étaient cinq ans plus tôt. L’arrondissement affiche cependant la plus forte densité de population des 19 arrondissements de la ville.

Le Plateau-Mont-Royal est l’arrondissement le plus jeune de la ville, si l’on se fie à l’âge médian, soit 34,1 ans comparativement à 38,6 ans pour la ville. La présence d’une importante population âgée de 25 à 34 ans contribue à cette situation. En effet, 28 % des habitants de l’arrondissement font partie de ce groupe d’âge, alors que la proportion est de 17 % dans la ville de Montréal.

Plusieurs des 20 255 familles du Plateau sont composées de couples sans enfants, alors que moins de la moitié des familles ont des enfants vivant à la maison. Au total, on compte 15 420 enfants à la maison, plus de 66 % de ceux-ci étant âgés de 14 ans ou moins. Fait à noter, les familles avec enfants sont moins nombreuses en 2011 que lors du recensement de 2006.

Milieux de vie

L’arrondissement compte près de 57 000 ménages parmi lesquels ceux composés de personnes vivant seules sont les plus fréquents (53 %). La taille moyenne des ménages est de 1,7 personne.

Déployé au pied du mont Royal, Le Plateau-Mont-Royal surplombe le centre-ville. Il propose une vie de quartier intense et tous les charmes de la vie urbaine. Rues étroites bordées d’arbres, réseau de ruelles vertes, multiples maisons aux escaliers colorées. Ses quartiers paisibles avoisinent des artères grouillantes. Les bars, restos et boutiques entretiennent sa réputation de district branché. De mai à septembre, il s’y tient une centaine d’événements locaux ou d’envergure internationale. Ses résidant sont ceux qui utilisent le moins la voiture. Pour eux et leurs familles le bonheur se trouve à distance de marche ! L’activité économique est florissante sur Le Plateau-Mont-Royal. Le plus souvent choisi par les petits entrepreneurs, on y compte près de 5 000 établissements d’affaires. La majorité dans les domaines du multimédia, de la culture et de l’alimentation.

Les quartiers

  • Parc La Fontaine,

  • Mile-End

  • Parc Laurier

  • Milton Parc

  • De Lorimier

  • Quartier portugais

  • Le (grand) Plateau

Ruelle verte Masson

Education

Plus des deux tiers des résidents de l’arrondissement peuvent soutenir une conversation à la fois en français et en anglais (68 %). Le français demeure toutefois la langue la plus utilisée à la maison, même si l’anglais, l’espagnol, le portugais et le yiddish sont utilisés au quotidien par un grand nombre de personnes.

Il possède plusieurs établissements scolaires de tous les niveaux;

  • dont l'École nationale d'administration publique

  • le Conservatoire de musique de Montréal

  • le Conservatoire d'art dramatique de Montréal

  • l'École nationale de théâtre du Canada

  • l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec

  • et l'école secondaire FACE (Commission scolaire de Montréal).

Bibliothèques publique :

  • Plateau-Mont-Royal, 465, avenue du Mont-Royal Est

  • Mile End, 5434, avenue du Parc

Culture

Le Plateau-Mont-Royal est reconnu depuis quelques années comme l'un des principaux lieux culturels et artistiques du Québec et du Canada. Il a d'ailleurs été consacré, à l'automne 2005, comme l'endroit le plus créatif du Canada par une étude du groupe Hill Stratégies Recherche. Selon celle-ci, les zones du Plateau-Mont-Royal liées aux codes postaux H2W, H2J, H2T renferment la concentration d'artistes la plus élevée au Canada. Par exemple, on estime que 8 % de la population de la zone liée au code postalH2W, au cœur du Plateau-Mont-Royal, sont des artistes. Il s’agit du « quartier le plus créatif » au Canada, avec une concentration plus de dix fois supérieure à la moyenne canadienne de 0,8 %. Cette zone se situe entre l’avenue des Pins et l’avenue du Mont-Royal, de la rue St-Denis à l'avenue du Parc4.

De plus, l'arrondissement du Plateau Mont-Royal compte sur son territoire une foule d'établissements culturels, classiques ou d'avant-garde

Édifice de l'ENAP

Tam-tam du mont Royal au parc du mont Royal

Nouveaux Posts
Articles en vedette
Archive
Recherche par mot
Suivez nous
  • Facebook Basic Square
Au café des délices - Patrick bruelle
00:00 / 00:00

© 2015-2020  Bienvenue Canada inc. Société par actions constitué selon la loi canadienne sur les sociétés sous le numéro 1026928-0 

Tous droits réservés 2020

-

  • immigration quebec études au canada , bienvenue canada immigration, consultant immigration tunisie, immigration canada tunisie

Bienvenue Canada Immigration

Tel: 5149805596

Courriel contrôle qualité: bienvenuecanada@gmail.com

Connect online:

  • Facebook Clean

Abonnez-vous pour recevoir nos info-lettres